Information on the "Tarnac 9"


Giorgio Agamben: "On the morning of November 11, 150 police officers, most of which belonged to the anti-terrorist brigades, surrounded a village of 350 inhabitants on the Millevaches plateau, before raiding a farm in order to arrest nine young people (who ran the local grocery store and tried to revive the cultural life of the village). Four days later, these nine people were sent before an anti-terrorist judge and 'accused of criminal conspiracy with terrorist intentions...'" (more)

Read:
Links:
- - - - - - - -

Petition written by the publisher Eric Hazan
You may sign it (name, occupation, city) and return it to:


(English)

A recent operation by the French police, intensively covered by the French and to some extent international media, ended in the arrest and indictment of nine people under anti-terrorist laws. The nature of this operation has already undergone a change: after the revelation of inconsistency in the accusation of sabotaging French railway lines, the affair took a manifestly political turn. According to the public prosecutor: "the goal of their activity is to attack the institutions of the state, and to upset by violence--I emphasize violence, and not contestation which is permitted--the political, economic and social order."

The target of this operation is larger than the group of people who have been charged, against which there exists no material evidence, nor anything precise they can be accused of. The charge of "criminal association for the purposes of terrorist activity" is exceptionally vague: what constitutes "association", and how are we to understand the reference to "purposes" other than as a criminalization of intention? As for the qualification "terrorist", the enforced definition is so broad that it could apply to practically anything--and to possess such and such a text or to go to such and such demonstration is enough to fall under this exceptional legislation.

The individuals who have been charged were not chosen at random, but because they lead a political existence. They have participated in demonstrations, most recently against the less than honorable European summit on immigration in Vichy. They think, they read books, they live together in a remote village. There has been talk of clandestinity: they have opened a grocery store, everyone knows them in the region, where a support committee has been organized against their arrest. What they are looking for is neither anonymity nor refuge, but rather the contrary: another relation than the anonymous one of the metropolis. In the end, the absence of evidence itself becomes evidence against them: the refusal of those who have been charged to give evidence against one another during their detention is presented as a new indication of their terrorism.

In reality, this whole affair is a test for us. To what degree are we going to accept that anti-terrorism permits anyone to be arrested at any time? Where are we to place the limit of freedom of expression? Are emergency laws adopted under the pretext of terrorism and security compatible with democracy in the long term? Are we ready to let the police and the courts perform an about-turn in the direction of a new order? It is for us to respond to these questions, and first by demanding the end of these investigations and the immediate release of these nine people whose indictment is meant as an example for us all.

  (français)

Une opération récente, largement médiatisée, a permis d'arrêter et d'inculper neuf personnes, en mettant en oeuvre la législation antiterroriste. Cette opération a déjà changé de nature : une fois établie l'inconsistance de l'accusation de sabotage des caténaires, l'affaire a pris un tour clairement politique. Pour le procureur de la République, « le but de leur entreprise est bien d'atteindre les institutions de l'État, et de parvenir par la violence--je dis bien par la violence et non pas par la contestation qui est permise--à troubler l'ordre politique, économique et social ».

La cible de cette opération est bien plus large que le groupe des personnes inculpées, contre lesquelles il n'existe aucune preuve matérielle, ni même rien de précis qui puisse leur être reproché. L'inculpation pour « association de malfaiteurs en vue d'une entreprise terroriste » est plus que vague : qu'est-ce au juste qu'une association, et comment faut-il entendre ce « en vue de » sinon comme une criminalisation de l'intention ? Quant au qualificatif de terroriste, la définition en vigueur est si large qu'il peut s'appliquer à pratiquement n'importe quoi--et que posséder tel ou tel texte, aller à telle ou telle manifestation suffit à tomber sous le coup de cette législation d'exception.

Les personnes inculpées n'ont pas été choisies au hasard, mais parce qu'elles mènent une existence politique. Ils et elles ont participé à des manifestations--dernièrement, celle de Vichy, où s'est tenu le peu honorable sommet européen sur l'immigration. Ils réfléchissent, ils lisent des livres, ils vivent ensemble dans un village lointain. On a parlé de clandestinité : ils ont ouvert une épicerie, tout le monde les connaît dans la région, où un comité de soutien s'est organisé dès leur arrestation. Ce qu'ils cherchaient, ce n'est ni l'anonymat, ni le refuge, mais bien le contraire : une autre relation que celle, anonyme, de la métropole. Finalement, l'absence de preuve elle-même devient une preuve : le refus des inculpés de ses dénoncer les uns les autres durant la garde à vue est présenté comme un nouvel indice de leur fond terroriste.

En réalité, pour nous tous cette affaire est un test. Jusqu'à quel point allons-nous accepter que l'antiterrorisme permette n'importe quand d'inculper n'importe qui ? Où se situe la limite de la liberté d'expression ? Les lois d'exception adoptées sous prétexte de terrorisme et de sécurité sont elles compatibles à long terme avec la démocratie ? Sommes-nous prêts à voir la police et la justice négocier le virage vers un ordre nouveau ? La réponse à ces questions, c'est à nous de la donner, et d'abord en demandant l'arrêt des poursuites et la libération immédiate de celles et ceux qui ont été inculpés pour l'exemple.



- - - - - - - -

Libération, November 19, 2008

Terrorism or Tragicomedy?
Giorgio Agamben

(English)

On the morning of November 11, 150 police officers, most of which belonged to the anti-terrorist brigades, surrounded a village of 350 inhabitants on the Millevaches plateau, before raiding a farm in order to arrest nine young people (who ran the local grocery store and tried to revive the cultural life of the village). Four days later, these nine people were sent before an anti-terrorist judge and "accused of criminal conspiracy with terrorist intentions." The newspapers reported that the Ministry of the Interior and the Secretary of State "had congratulated local and state police for their diligence." Everything is in order, or so it would appear. But let's try to examine the facts a little more closely and grasp the reasons and the results of this "diligence."

First the reasons: the young people under investigation "were tracked by the police because they belonged to the ultra-left and the anarcho autonomous milieu." As the entourage of the Ministry of the Interior specifies, "their discourse is very radical and they have links with foreign groups." But there is more: certain of the suspects "participate regularly in political demonstrations," and, for example, "in protests against the Fichier Edvige (Exploitation Documentaire et Valorisation de l'Information Générale) and against the intensification of laws restricting immigration."  So  political activism (this is the only possible meaning of linguistic monstrosities such as "anarcho autonomous milieu") or the active exercise of political freedoms, and employing a radical discourse are therefore sufficient reasons to call in the anti-terrorist division of the police (SDAT) and the central intelligence office of the Interior (DCRI). But anyone possessing a minimum of political conscience  could not help sharing the concerns of these young people when faced with the degradations of democracy entailed by the Fichier Edvige, biometrical technologies and the hardening of immigration laws.

As for the results, one might expect that investigators found weapons, explosives and Molotov cocktails on the farm in Millevaches. Far from it. SDAT officers discovered "documents containing detailed information on railway transportation, including  exact arrival and departure times of trains." In plain French: an SNCF train schedule. But they also confiscated "climbing gear." In simple French: a ladder, such as one might find in any country house.

Now let's turn our attention to the suspects and, above all, to the presumed head of this terrorist gang, "a 33 year old leader from a well-off Parisian background, living off an allowance from his parents." This is Julien Coupat, a young philosopher who (with some friends) formerly published Tiqqun, a journal whose political analyses--while no doubt debatable--count among the most intelligent of our time. I knew Julien Coupat during that period and, from an intellectual point of view, I continue to hold him in high esteem. 

Let's move on and examine the only concrete fact in this whole story. The suspects' activities are supposedly connected with criminal acts against the SNCF that on  November 8 caused delays of certain TGV trains on the Paris-Lille line. The devices in question, if we are to believe the declarations of the police and the SNCF agents themselves, can in no way cause harm to people: they can, in the worst case, hinder communications between trains causing delays. In Italy, trains are often late, but so far no one has dreamed of accusing the national railway of terrorism. It's a  case of minor offences, even if we don't condone them. On November 13, a police  report prudently affirmed that there are perhaps "perpetrators among those in custody, but it is not possible to attribute a criminal act to any one of them."

The only possible conclusion to this shadowy affair is that those engaged in activism against the (in any case debatable) way social and economic problems are managed today are considered ipso facto as potential terrorists, when not even one act can justify this accusation. We must have the courage to say with clarity that today, numerous European countries (in particular France and Italy), have introduced laws and police measures that we would previously have judged barbaric and anti-democratic, and that these are no less extreme than those put into effect in Italy under fascism. One such measure authorizes the detention for ninety-six hours of a group of young--perhaps careless--people, to whom "it is not possible to attribute a criminal act." Another, equally serious, is the adoption of laws that criminalize association, the formulations of which are left intentionally vague and that allow the classification of political acts as having terrorist "intentions" or "inclinations," acts that  until now were never in themselves considered terrorist.

  (français)

A l'aube du 11 novembre, 150 policiers, dont la plupart appartenaient aux brigades antiterroristes, ont encerclé un village de 350 habitants sur le plateau de Millevaches avant de pénétrer dans une ferme pour arrêter 9 jeunes gens (qui avaient repris l'épicerie et essayé de ranimer la vie culturelle du village). Quatre jours plus tard, les 9 personnes interpellées ont été déférées devant un juge antiterroriste et «accusées d'association de malfaiteurs à visée terroriste». Les journaux rapportent que le ministre de l'Intérieur et le chef de l'Etat «ont félicité la police et la gendarmerie pour leur diligence». Tout est en ordre en apparence. Mais essayons d'examiner de plus près les faits et de cerner les raisons et les résultats de cette «diligence».

Les raisons d'abord : les jeunes gens qui ont été interpellés «étaient suivis par la police en raison de leur appartenance à l'ultra-gauche et à la mouvance anarcho autonome». Comme le précise l'entourage de la ministre de l'Intérieur, «ils tiennent des discours très radicaux et ont des liens avec des groupes étrangers». Mais il y a plus : certains des interpellés «participaient de façon régulière à des manifestations politiques», et, par exemple, «aux cortèges contre le fichier Edvige et contre le renforcement des mesures sur l'immigration». Une appartenance politique (c'est le seul sens possible de monstruosités linguistiques comme «mouvance anarcho autonome»), l'exercice actif des libertés politiques, la tenue de discours radicaux suffisent donc pour mettre en marche la Sous direction antiterroriste de la police (Sdat) et la Direction centrale du renseignement intérieur (DCRI). Or, qui possède un minimum de conscience politique ne peut que partager l'inquiétude de ces jeunes gens face aux dégradations de la démocratie qu'entraînent le fichier Edvige, les dispositifs biométriques et le durcissement de règles sur l'immigration.

Quant aux résultats, on s'attendrait à ce que les enquêteurs aient retrouvé dans la ferme de Millevaches des armes, des explosifs, et des cocktails Molotov. Tant s'en faut. Les policiers de la Sdat sont tombés sur «des documents précisant les heures de passage des trains, commune par commune, avec horaire de départ et d'arrivée dans les gares». En bon français : un horaire de la SNCF. Mais ils ont aussi séquestré du «matériel d'escalade». En bon français : une échelle, comme celles qu'on trouve dans n'importe quelle maison de campagne.

Il est donc temps d'en venir aux personnes des interpellés et, surtout, au chef présumé de cette bande terroriste, «un leader de 33 ans issu d'un milieu aisé et parisien, vivant grâce aux subsides de ses parents». Il s'agit de Julien Coupat, un jeune philosophe qui a animé naguère, avec quelques-uns de ses amis, Tiqqun, une revue responsable d'analyses politiques sans doute discutables, mais qui compte aujourd'hui encore parmi les plus intelligentes de cette période. J'ai connu Julien Coupat à cette époque et je lui garde, d'un point de vue intellectuel, une estime durable.

Passons donc à l'examen du seul fait concret de toute cette histoire. L'activité des interpellés serait à mettre en liaison avec les actes de malveillance contre la SNCF qui ont causé le 8 novembre le retard de certains TGV sur la ligne Paris-Lille. Ces dispositifs, si l'on en croit les déclarations de la police et des agents de la SNCF eux-mêmes, ne peuvent en aucun cas provoquer des dommages aux personnes : ils peuvent tout au plus, en entravant l'alimentation des pantographes des trains, causer le retard de ces derniers. En Italie, les trains sont très souvent en retard, mais personne n'a encore songé à accuser de terrorisme la société nationale des chemins de fer. Il s'agit de délits mineurs même si personne n'entend les cautionner. Le 13 novembre, un communiqué de la police affirmait avec prudence qu'il y a peut-être «des auteurs des dégradations parmi les gardés a vue, mais qu'il n'est pas possible d'imputer une action à tel ou tel d'entre eux».

La seule conclusion possible de cette ténébreuse affaire est que ceux qui s'engagent activement aujourd'hui contre la façon (discutable au demeurant) dont on gère les problèmes sociaux et économiques sont considérés ipso facto comme des terroristes en puissance, quand bien même aucun acte ne justifierait cette accusation. Il faut avoir le courage de dire avec clarté qu'aujourd'hui, dans de nombreux pays européens (en particulier en France et en Italie), on a introduit des lois et des mesures de police qu'on aurait autrefois jugées barbares et antidémocratiques et qui n'ont rien à envier à celles qui étaient en vigueur en Italie pendant le fascisme. L'une de ces mesures est celle qui autorise la détention en garde à vue pour une durée de quatre-vingt-seize heures d'un groupe de jeunes imprudents peut-être, mais auxquels «il n'est pas possible d'imputer une action». Une autre tout aussi grave est l'adoption de lois qui introduisent des délits d'association dont la formulation est laissée intentionnellement dans le vague et qui permettent de classer comme «à visée» ou «à vocation terroriste» des actes politiques qu'on n'avait jamais considérés jusque-là comme destinés à produire la terreur.

Traduit de l'italien par Martin Rueff.